« La self-défense est l'ensemble des moyens (relationnels, stratégiques et techniques) permettant de se soustraire à différents types d'agressions. Cette apparente liberté dans les moyens ne doit cependant en aucun cas conduire la self-défense être le laboratoire d'expérimentations techniques ou comportementales hasardeuses, pour ne pas dire dangereuses.

Une self-défense réaliste et rationnelle, qui sera applicable par le plus grand nombre (je ne dis volontairement pas « tout le monde », car le facteur humain est le plus important dans la self-défense, et il se peut qu'une personne soit, pour diverses raisons, momentanément incapable de restituer les techniques apprises auparavant) doit aborder plusieurs domaines:

- Les techniques pour éviter l'affrontement qu'il soit verbal ou physique : l'attitude verbale et comportementale doit rester pondérée au maximum, afin de briser la dynamique de conflit

- La psychologie : il faut tenir compte de l'état psychologique de « l'agressé(e) » comme de celui du ou des agresseurs. Il convient ici de souligne qu'une personne peut perdre jusque 70% de ses moyens en situation de stress.

- Les techniques « de survie », en cas d'engagement physique : techniques de dégagement, de parade, de riposte, de projection et de neutralisation

- Des situations réalistes : pratiquer des mises en situation en tenue de ville, dans différents lieux, sans prévenir l'élève qui servira de victime afin de le placer dans des circonstances matérielles, techniques et psychologiques aussi proches que possible de la réalité.

- La légitimité des techniques employées par rapport à l'agression au regard du cadre légal français (aspect qui est très souvent occulté au profit de la technique pure).

Même si la self-défense donne des résultats plus rapides que certaines autres disciplines sportives, il ne faut jamais oublier que c'est la répétition gestuelle et la préparation mentale qui font la différence lors de situations conflictuelles difficiles ».